dimanche 1 novembre 2015

Fidelity: a new perspective/ Fidélité: une nouvelle perspective

Je viens juste d’écouter un passage de Christophe André expliquant le principe de la méditation de pleine conscience: 
choisir une ancre, la respiration par exemple, observer avec curiosité cet absolu ordinaire, et constater que mille fois, notre esprit nous joue des tours, comme il dit, c’est à dire tourne le dos à notre bonne résolution de concentration et de contemplation pour aller chevaucher la mer agitée des pensées; dès que l’on s’attrape, se ramener doucement et sans jugement à l’intention première, à l’ancre (le jugement c'est un truc du style "je suis nulle en méditation, c’est comme les régimes, la course à pied et séparer le blanc et les couleurs en machine, j’y arrive paaas”; à la place, on essaie un truc du genre "oh tiens, j'ai encore raté. Je recommence, allez". C'est plus bonhomme). Or doncques, c’est dans cet incessant aller et retour entre les pensées et la respiration, que tant d’entre nous prennent comme un échec, que nous sommes justement en plein dans l’exercice de la pleine conscience: remarquer qu’on n’y est plus, y retourner. Rechoisir d'adhérer au maximum au maintenant. And so on and so on… 

L’une des pensées qui s’est incrustée aujourd’hui pendant que je méditais est un souvenir: une phrase du prêtre qui nous a préparés au mariage il y a… passons... et qui nous proposait une définition renouvelée, élargie, transformée de la fidélité: rester quand l’autre part, c’est aussi cela la fidélité. On avait beaucoup aimé (fastoche hein, claro). J’aime toujours beaucoup. Je vois un bilboquet. Ou notre respiration, justement, toujours là pour nous, fidèlissime, symptôme de la vie, point fixe à l'horizon des cabrioles de la pensée qui peuvent si extrêmement la compliquer, la vie. 


La fidélité, c’est aussi, en amitié, une amie allemande de 20 ans, comme dirait l’autre, qui en est à sa troisième lettre manuscrite en 18 mois pour me dire que j’habite toujours ses pensées et sa vie.. 1, 2, 3, sans même demander de réponse. A celle-ci je m’engage à répondre avant ma prochaine entrée ici. 



Et vous, à quoi êtes-vous fidèle? 
indissolublement attaché? 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire