lundi 9 décembre 2013

Interculinary differences

Attention, post peu charitable.
Une fois n'est pas coutume.

Or doncques, ici aussi l'on mange. Mais quoi?, telle est la question.


Quelques éléments d'une récente moisson:

-Cours de cuisine dans une grande boîte de la baie. L'idée: sensibiliser ses employés aux bienfaits du Cook it yourself, au lieu du Fastfoodtogo; augmenter ainsi leur efficacité au travail, réduire leurs coûts de santé, éventuellement allonger leur espérance de vie. 
En voilà une entreprise responsable. 
Première leçon: la vinaigrette.
Prendre de l'huile. Prendre du vinaigre. Prendre du sel. Prendre du poivre. Mélanger. Verser sur le truc vert qui ressemble à de l'herbe mais que les humains peuvent consommer sans risque connu pour l'organisme.


-Cooking class, diffusée à la télé dans un salon de mani-pédi, attrapée au vol au moment de choisir entre l'orange pétard, pour rigoler, ou le rouge sombre classique, pour faire sérieux: la Maïté locale (impossible de la retrouver malgré des heures de recherche sur le web) jongle habilement entre crème fraîche, beurre et mayo. Le thème d'aujourd'hui: french cuisine, la cuisine française, ahhhhh, la cuisine française, gage de bon, de beau, de léger. A table!!! Au menu: Des croque-monsieurs. Miam!! et en légumes? des frites (sic), french fries!! Yepeee!! Pourquoi diable faut-il que soient qualifiées de françaises les allumettes de patate qui font grossir les Américains?


-Rassemblement de Français, avec pot luck (c'est à dire que chacun met la main à la pâte et au porte-monnaie et apporte de quoi partager). Bonne fille, et bonne mère d'ailleurs, j'apporte 30 tranches du jambon le moins pire que l'on puisse trouver ici, le Madrange, sans chauvinisme. On n'en trouve pas partout; j'ai de la chance, on le vend là où je fais mes courses. On a fini par s'habituer et on le trouve même bon. Les enfants, que nous avons en nombre, seront contents, me dis-je. Résultat: sans mentir, défilé, dé-fi-lé d'adultes larmoyants :"Mais où as-tu trouvé ce jambon? mais c'est du bonheur! c'est Noël, tu nous gâtes! Merciiiii!!" Après un verre de vin nous convenons ensemble, toujours larmoyants, qu'au pays on ne regarderait même pas le Madrange, avec sa forme ronde un peu trop parfaite et son rose cucul, non, on irait au torchon, tout droit, celui qui est marbré, frais et irrégulier. Ahhhh... le torchon. Faudra attendre cet été...


-Et puis bien sûr, bien sûr, pas si récent mais toujours aussi revigorant, vécu pour de vrai, I swear, au tout début de son séjour ici par votre servitrice: http://www.happinessmuscle.com/2012/06/ouah-you-cook-your-own-food.html  


Voilà, mes chers.
Bon appétit.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire