samedi 2 mars 2013

Another type of Camembert

Il a bien fallu que je me trouve du claquos ici... un vrai challenge. Il y a bien un ou deux endroits dans notre coin où on peut trouver quelque chose d'appréciable mais encore faut-il y passer les jours de paie, et arriver dans les premiers...

Je me suis donc rabattue sur un camembert gratos et d'un nouveau style. Celui-ci:


Ce camembert ultra simple illustre à lui seul le changement de paradigme introduit par la psychologie positive depuis une quinzaine d'années sur la question du bonheur.

Avant, en gros, on parlait de Happiness set point, c'est à dire une sorte de niveau fixe propre à chaque individu, vers lequel on reviendrait quoi que l'on vive.
La faute, d'une part, à la faculté humaine d'adaptation, bénédiction en cas de grand malheur (la joie existe dans les bidonvilles), beaucoup moins sympa en cas de grand bonheur (vous gagnez à la loterie...super, mais un an après, pas de trace durable sur le bonheur ressenti). 
C'est cette faculté d'adaptation qui réduit à la portion congrue la part bleue de notre camembert: les circonstances extérieures (argent, lieu de vie, situation de famille, âge, santé, genre, aspect physique etc...)  n'ont qu'une influence très relative sur le bonheur ressenti -- à condition bien sûr que les besoins de base de l'individu, le premier étage de la pyramide de Maslow (nourriture eau vêtement toit sommeil...), soient remplis-. 

Quel autre coupable pour le dogme du happiness set point? Les gênes*: "C'est écrit..., qu'est-ce que j'y peux ?" La part verte du camembert, choque beaucoup: "Quoi? 50%? mais c'est horrible, c'est déprimant!"...  Une minute, vous savez comme moi que la moitié des blondes que l'on croise dans la rue sont des fausses, non? La teinture fait des miracles, de même que l'épilation laser! Souhaitons-nous vraiment vivre entre décomplexés du poil sans filer un petit coup de main à la nature de temps à autre? allons... On s'aide un peu, c'est de bonne guerre.

Partie de l'université de Pennsylvanie, U Penn, l'une des universités de la Ivy League, excusez du peu, la Positive Psychology explose le set point en redéfinissant le bonheur comme une valeur que l'on peut faire monter en mobilisant des savoirs-faire. Seligman, Lyubomirsky et consorts nous font passer de l'inné et à l'aquérable, et ça, c'est bon. 

On oublie donc la gauche et on se concentre à droite toute. C'est dans cette zone rouge, les 40% du mindset, l'état d'esprit, que l'on peut aquérir des compétences pour s'aider, pour progresser, comme en cuisine, en ski, ou en angliche! Il suffit d'être motivé et de s'entraîner avec de bons outils ou/et professeurs.
Qu'est-ce que je vois de moi, des autres, de la vie en général? Certainement pas tout. Comment s'opére ma sélection, quelles informations influent sur mes comportements et mes pensées? Comment travailler l'adhérence des émotions positives? Comment utiliser mes talents au mieux? Quel sens pour ma vie? Comment aligner mes valeurs et mes actions dans le monde? Tout un programme.

Un vaste champs de liberté qui fait, qui peut faire, la nique à la partie verte. 

Dans cette partie, on décide sans complexe de synthétiser** du bonheur.  
Chacun de nous peut devenir le petit chimiste d'une partie de sa vie, c'est fun, non? 






*La partie gauche du camembert est apparentée aux recherches menées dans les années 80 et début 90 sur la part héritée de la personnalité. Plusieurs dizaines d'études  sur les jumeaux, vrais et faux,  ainsi que sur les enfants adoptés, montrent que les personnalités de vrais jumeaux élevés séparément sont bien plus similaires que celles de faux jumeaux élevés ensemble; ou encore que les enfants adoptés exhibent plus de traits de caractère hérités de leurs parents biologiques qu'adoptifs etc...

**Dan Gilbert, professeur de psychologie à Harvard, sur la synthèse du bonheur, un TED talk sympa de 20 minutes, en anglais  http://www.ted.com/talks/dan_gilbert_asks_why_are_we_happy.html


PS: Savez-vous que les Américains ne parlent pas de Camembert mais de Pie, tarte? intéressant d'un point de vue interculturel et interstomacal, non? 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire