lundi 5 novembre 2012

Will I?

Une étude menée par des chercheurs psychologues de l'Université de l'Illinois a récemment mis en compétition deux groupes de volontaires chargés d'élucider le plus grand nombre d'anagrammes possible en un temps limité. 
Le premier groupe a été soumis à une minute de préparation mentale consistant à se poser la question "Will I?" sous entendu be able to solve some anagrams, how many etc... 
L'autre groupe a été soumis à une tout aussi brève préparation mentale consistant à focuser sur l'énoncé "I will", soit je vais le faire, je vais y arriver, je vais réussir à élucider plein d'anagrammes, je suis une bête d'anagrammes et je l'ai toujours su etc... etc...

Eh bien je vous le donne en mille, le premier groupe a écrasé littéralement le deuxième groupe. 

De quoi parle-t-on ici?
De cet incessant monologue intérieur, le self talk, que nous avons tous parce nous sommes des êtres doués de langage. De la petite rumeur, du commentaire constant qui accompagne chacune de nos actions, et sur lequel nous avons plus ou moins de pouvoir, selon que l'on est un moine bouddhiste ou un ermite du désert, ou bien juste un bipède urbain légèrement busy.

L'étude, poursuivie et enrichie par la suite, montre donc que l'interrogative self talk peut se montrer plus efficace sur la motivation et la performance finale que l'assertive self talk. Le fait de s'interroger permettrait de convoquer la motivation intrinsèque (versus la motivation extrinsèque): celle qui vous rend le juge ultime, et le bénéficiaire ultime de vos actions.

Le fait de laisser les paris ouverts permet peut-être aussi d'apprécier mieux les petites avancées sur la route, de ne ne pas être guidé uniquement par le résultat désiré, final, parfait, d'éviter les déceptions trop importantes lors des plateaux ou des retours en arrière.

Le but est dans le chemin, n'est-ce pas (environ 15 auteurs s'attribuent cette perle de sagesse, ne comptez pas sur moi pour trancher).





Allez, pour la route, quels sont les anagrammes du mot ESPOIR? il y en a 4, dont deux dont j'ignore complètement la signification!!;)

PS: Ce petit billet peut apparaître anti méthode Coué, mais pas du tout, j'aime beaucoup monsieur Coué aussi et je vais d'ailleurs bientôt lui consacrer un post. Ce faisant, je ne serai pas contradictoire ou illogique avec moi-même, j'exposerai seulement la complexité du monde et des flux parcourant ma boite crânienne. Et toc.

1 commentaire:

  1. Alors... On bosse à deux dessus en direct:
    Poires
    Proies.... On ne trouve pas les 2 autres! On googleise après!
    Mais justement, intéressant le "je ne sais pas si je suis une bête en anagramme mais je crois en moi"... question d'espoir et de confiance en soi

    RépondreSupprimer