mercredi 10 octobre 2012

Friendship

J'ai appris des tonnes de choses depuis que je vis ici, notamment sur la connection musculaire entre le coeur et le cerveau, mais une chose résiste. Pire, plus ça va, moins je comprends.

Qu'est ce que ça veut dire ici friendship

Une scène amusante la semaine dernière: je rencontre, pour le boulot, une coach en formation. On parle une heure, stylos en main, agendas sous le coude, sa journey, ma journey, ses input mes input, Strengthsfinder et autres sujets de notre actualité. On conclut par un free trade win-win à mort: elle devient ma cliente pour trois sessions de coaching, je deviens sa cliente pour deux soirées de son workshop sur la Positive Discipline. Au moment de se séparer, elle me lance, tout sourire: 
"Well i am so happy to have gained a new friend!".
Bon j'étais déjà debout donc je ne suis pas tombée de ma chaise, mais j'ai trouvé cela extraordinairement noticeable. 

Il y a quelques mois j'avais aussi eu droit, de la part de ma voisine par ailleurs très agréable, qui me revoyait après la longue pause estivale, à un très aigu 
"Oh my God, I swear, if i were'nt working i would be your best friend!" 
Euh... comment je dois le prendre? Quand elle sera au chomedu elle viendra glander avec moi c'est ça? Je dégage un tel truc que dans une autre vie elle aurait été mon ombre? Je suis larguée. 

A ces anecdotes s'ajoute le sentiment diffus, depuis plus de trois ans que nous regardons (et admirons en beaucoup de points) l'homo californicus, que tout ce qui a trait à l'amitié dans un sens plus traditionnel, s'arrête à la sortie du college ou de l'université. Ensuite, c'est la community qui prend le relais, enfin on dirait. Oui ils voient du monde le week-end, mais c'est un fundraiser pour l'école. On célèbre la première communion du petit dernier, on invite la rue entière. Seulement. Oh you know X? she's a good friend of mine! I did not know she has two kids;)! etc... etc...


Bon, c'est comme tout cela dit, cette incompréhension, c'est une opportunité pour réfléchir deux minutes ou deux ans à ce que soi-même on désire mettre sous ce terme désormais frelaté (peut-être que Google+, avec ses circles, fait un peu mieux que Facebook où on se friende à tout va?):

une texture, une qualité, une extensibilité qui sont des choix très personnels, 
qui n'ont ni à être réciproques ni à être justifiés.

By the way, on peut aussi en profiter pour prendre un petit cours de community building, y'a surement des progrès à faire du côté des Gaulois.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire